skip to Main Content
Chargement Évènements

« Tous les Évènements

Prix Babel des Lecteurs Mots en Lignes 2022

10 octobre 2021 @ 08:00 31 mars 2022 @ 17:00

Cette année, c’est pour une sélection purement française que nous avons opté. Vous aimez les romans historiques ? Les livres au style remarquable ? La prose poétique ? Alors n’hésitez plus et laisser vous tenter par le prix Babel des Lecteurs Mots en Lignes 2022.

Pour vous inscrire, envoyez nous un mail à motsenlignes92@gmail.com nous indiquant que vous souhaitez participer au Prix Babel 2022 ou passez en magasin. Vous avez jusqu’au 31 octobre pour vous inscrire.

La sélection :

Raphael Jerusalmy – La Confrérie des chasseurs de livres

Le roman de Raphaël Jerusalmy commence là où calent les livres d’histoire. François Villon, premier poète des temps modernes et brigand notoire, croupit dans les geôles de Louis XI en attendant son exécution. Quand il reçoit la visite d’un émissaire du roi, il est loin d’en espérer plus qu’un dernier repas. Rebelle, méfiant, il passe pourtant un marché avec l’évêque de Paris et accepte une mission secrète qui consiste d’abord à convaincre un libraire et imprimeur de Mayence de venir s’installer à Paris pour mieux combattre la censure et faciliter la circulation des idées progressistes réprouvées par Rome. Un premier pas sur un chemin escarpé qui mènera notre poète, flanqué de son fidèle acolyte coquillard maître Colin, jusqu’aux entrailles les plus fantasmatiques de la Jérusalem d’en bas, dans un vaste jeu d’alliances, de complots et de contre-complots qui met en marche les forces de l’esprit contre la toute-puissance des dogmes et des armes, pour faire triompher l’humanisme et la liberté.

Cécile Ladjali – Shâb ou la nuit

La petite Cécile aux yeux et aux cheveux sombres ignore tout de ses origines orientales. Ses parents adoptifs, aimants mais au verbe rare, se contentent de lui dire qu’ils sont venus la chercher « dans une grande maison » en Suisse. A l’adolescence, l’exploration des mots et de leur pouvoir permet à la jeune femme de ne pas se laisser envahir par le silence. La découverte de son extrait de naissance, des années plus tard, lui apprend que sa mère biologique l’a prénommée Roshan, qui signifie « lumière » en persan.
Cécile (Caecilia, « l’aveugle ») entreprend alors de recomposer l’histoire de Roshan, la lumineuse Iranienne. Shâb ou la nuit, roman autobiographique en clair-obscur, assume et explore, dans un méticuleux travail de reconstitution, la recherche d’une unité originelle perdue et la conquête du langage pour enfin pouvoir dire le monde et se dire.

Alice Ferney – Les Bourgeois

Ils se nomment Bourgeois et leur patronyme est aussi un mode de vie. Ils sont huit frères et deux sœurs, nés à Paris entre 1920 et 1940. Ils grandissent dans la trace de la Grande Guerre et les prémices de la Seconde. Aux places favorites de la société bourgeoise – l’armée, la marine, la médecine, le barreau, les affaires –, ils sont partie prenante des événements historiques et des évolutions sociales. De la décolonisation à l’après Mai 68, leurs existences embrassent toute une époque.

De Jules l’aîné à Marie la dernière, l’apparition et la disparition des personnages, leurs aspirations et leurs engagements rythment la formidable horlogerie de ce roman qui reconstruit le siècle telle une vaste mosaïque. Allant sans cesse du singulier au collectif, du destin individuel à l’épopée nationale, Alice Ferney donne à voir l’Histoire en train de se faire et orchestre une vertigineuse et passionnante ronde du temps.

Lyonel Trouillot – L’amour avant que j’oublie

A cinquante ans, un écrivain perd sa maîtrise de la langue au moment où il conviendrait (enfi n) de parler d’amour. A l’inconnue de ses pensées, il parlera donc d’autre chose. Ainsi revisite-t-il le souvenir de palabres crépusculaires conduites sous l’arbre d’une cour de Port-au-Prince avec trois fi gures demeurées tutélaires : “l’Etranger”, l’Historien” et Raoul, perdants magnifiques, amants menteurs et authentiques hommes blessés à la poursuite ou en deuil de leurs rêves…
A travers ces personnages inoubliables qui firent concevoir à celui qu’ils appelaient “l’Ecrivain” le soupçon que l’amour n’a peut-être que faire du langage, Lyonel Trouillot se livre à une bouleversante méditation sur la nécessité de réconcilier le temps réel de nos vies avec les mots qui s’efforcent de dire nos déchirures et nos désirs secrets. Et c’est ainsi, en
écrivain en pleine possession de son art, qu’il dévoile la nature intime et profonde du rapport singulier qu’il entretient avec la fiction.

Hélène Gaudy – Plein Hiver

Par une aube glaciale, un jeune homme apparaît, seul, sur la route de Lisbon, dans le Nord des États-Unis. Aussitôt naît la rumeur qui bientôt envahit les rues de la ville : David Horn est revenu.

Quatre ans plus tôt, le garçon de quatorze ans n’est pas rentré d’une soirée comme les autres au cours de laquelle, en compagnie de sa petite bande, il avait refait, rageur, le tour d’un univers étriqué circonscrit par la montagne, le ciel pâle, une rivière minuscule. Son retour perturbe l’équilibre d’une communauté soudée autour de son absence, redessine les contours d’une ville fictive où l’on pénètre peu à peu le mystère des personnages.

Celui qui revient peut-il être le même que celui qui est parti ? Sur le temps qui passe et les rêves plus grands que l’Amérique, sur les éloignements nécessaires et la méconnaissance de ceux qu’on aime, Hélène Gaudy compose un roman fiévreux, trouble comme les blessures d’enfance, qui trace la cartographie d’adolescences en suspens.

Back To Top
Rechercher